Suivre une formation en islamologie à l’Institut œcuménique de théologie Al Mowafaqa au Maroc grâce à DM (1/3)

Le vivre ensemble entre différentes communautés religieuses et l’échange interculturel et interreligieux est au centre des actions de DM. Trois personnes ont pu bénéficier d’une bourse offerte par notre organisation afin de suivre à l’été 2021 une formation en islamologie à l’Institut Al Mowafaqa au Maroc. Celui-ci, inauguré en 2014 à Rabat au Maroc, a été créé par les diverses Églises chrétiennes du pays pour répondre à leurs besoins de formation et de dialogue œcuménique, interreligieux et interculturel.

Le séminaire a-t-il eu un impact sur ta vision des relations islam-christianisme ?

Il est évident que découvrir le contexte marocain et ses communautés chrétiennes est très intéressant et permet de mieux saisir les enjeux liés à la diversité religieuse ainsi que les relations entre musulman.e.s et chrétien.ne.s. Ma vision n’en a pas pour autant été transformée car de par mes études, je suis très souvent amené à me pencher sur les échanges interculturels qui sont heureusement bien plus fréquents que les conflits.

Quel lien vois-tu avec le contexte suisse ?

J’ai l’impression que la situation de la Suisse est un miroir de celle au Maroc au niveau de la représentation des musulman.e.s de Suisse. Ces derniers sont, en fonction des groupes et des cantons – voire des villes – plus ou moins bien intégré.e.s au tissu social. Il existe également de nombreuses revendications des associations musulmanes en Suisse pour plus de visibilité, de reconnaissance et de marge de manœuvre, ce qui laisse entrapercevoir un certain malaise de cette communauté en Suisse. Mettre en parallèle les deux situations permettrait peut-être de dégager certaines pistes d’action ou de nouvelles clés de lecture de la place du religieux en Suisse.

Vois-tu un lien avec ton domaine spécifique d’activité en Suisse ?

Oui, il y a de nombreux liens. Mais l’aspect principal reste le fait d’avoir pu développer de plus amples connaissances de(s) (l’) islam(s) au sein d’un cursus qui ne l’aborde pas forcément – ou peu, dans le cas de l’étude de l’islam en Asie. De plus, le fait d’être spécialisé en Asie du Sud rend une certaine base de connaissances au sujet de l’islam obligatoires en ce qui concerne les relations hindous-musulmans au sein de l’Inde contemporaine. Je retire également énormément de positif de cette formation car cette dernière sera très utile pour la mise en place d’ateliers culturels dans les mois à venir. L’atelier dont j’aurai la charge gravitera autour des questions de genre, d’égalité et d’islam ; la formation prend alors une dimension très bénéfique.

+

Benjamin Meier, un étudiant en master en sciences des religions à l’Université de Lausanne nous parle de ce qu’il a pensé et retiré de ce cours.

DM | chemin des Cèdres 5
CH-1004 Lausanne
+41 21 643 73 73
CCP 10-700-2