Du changement dans l’air

Voici maintenant près de huit mois que je suis de retour au Mexique depuis ma visite en Suisse. Le retour s’est passé sans encombre, et je suis repartie à mon plus grand bonheur pour deux ans supplémentaires afin d’accompagner les partenaires mexicains dans leurs fabuleux projets.

En communauté avant la pandémie, où j’apprends à cuisiner les plats locaux (ici, des tamales).

C’est reparti mon kiki !

Comme je vous le disais, après presque deux mois de séjour en Suisse, je plie bagages direction l’aéroport de Zürich, le cœur divisé évidemment entre la tristesse de quitter mon pays d’origine, là où je retrouve la chaleur de ma famille et de mes ami.e.s qui m’ont accompagnée depuis un bon bout de temps dans toute cette aventure, et la joie de retrouver mon pays d’accueil, mon pays de cœur, celui où la grande aventure s’est maintenant transformée en une vie, MA vie.

J’y ai construit un nouveau cercle social, professionnel, de nouvelles habitudes, presque une routine et où tout ce qui me surprenait à mon arrivée commence gentiment à se transformer en un train-train quotidien. On me prend maintenant pour une « chilanga », résidente pure souche de la ville de Mexico, en me complimentant « ton espagnol est parfait ! »

Je reste par contre toujours émerveillée, parfois surprise, des scènes de vie qui s’offrent à moi, dans un pays où les us et coutumes souvent ne ressemblent pas à ce qu’il en est du pays de ma naissance. Vivre dans un autre pays est l’une des expériences les plus effrayantes et, en même temps, les plus exaltantes qui soient. La vie telle nous la connaissons change complètement. Et je ne parle pas seulement de changer d’adresse, de nourriture ou de détergent pour la lessive.

Toutes nos croyances et nos supposées certitudes sont remises en question en nous confrontant à une autre réalité. Et en grande partie, si j’ai décidé de poursuivre mon engagement, c’est pour cette raison. Pour continuer de m’ébahir face aux scénarios de la vie quotidienne mais aussi de questionner sans cesse ma vision et compréhension du monde, en constante évolution. Il faut dire que sortir de sa zone de confort et bousculer ses habitudes accélère pas mal le processus.

Et la situation du pays, c’est comment maintenant ?

Avec une population de près de 130 millions d’habitant.e.s, une histoire culturelle riche et une grande diversité, une géographie favorable et des ressources naturelles abondantes, le Mexique fait partie des quinze plus grandes économies du monde et est la deuxième d’Amérique latine. Et pourtant, les niveaux de pauvreté atteignent la moitié de la population, une situation qui a été exacerbée par la pandémie. L’un des effets de cette pandémie a été la perte d’emplois et la fermeture d’entreprises. Même l’emploi informel, qui représente 60 % de l’emploi dans le pays, a été touché.

Les scènes quotidiennes (sous le coude du garçon il est écrit « danger, gaz »).

Au moment où je vous parle ont lieu les plus grandes élections de l’histoire du pays.

Jusqu’à présent, au cours de l’administration actuelle, qui a débuté le 1er décembre 2018, près de 77 000 personnes sont mortes, victimes de la violence. Au cours du seul mois de mars de cette année, 11 femmes sont mortes chaque jour, victimes de féminicides ou de crimes de droit commun. L’extractivisme transnational a entraîné la déforestation de milliers d’hectares de forêts, la pollution des rivières et des mers et le déplacement de milliers de personnes de leurs terres. La migration nationale et étrangère a augmenté, en particulier celle des enfants voyageant seul.e.s, montrant le côté cruel d’un système économique qui exclut et expulse, ainsi que d’un système politique au service des intérêts des grandes sociétés financières et de l’extraction des ressources naturelles. En bref, le contexte reste compliqué et les projets tels que ceux menés par les institutions locales partenaires sont plus que nécessaires. C’est pourquoi je vous invite à continuer de nous soutenir, votre appui étant indispensable pour répondre aux enjeux locaux.

La tentaculaire Ciudad de México.

Je vous envoie à toutes et à tous mes meilleures pensées et vous remercie du fond du cœur de prendre le temps de me lire.

Saludos !

+

Fanny Freund

Animatrice nationale

Mexique

Fanny-Freund

Fanny est envoyée depuis 2018 auprès du Séminaire baptiste de Mexico (SBM), une institution membre de la Communauté théologique de Mexico (CTM), elle aussi partenaire de DM. Ces organisations collaborent pour la formation de leaders, hommes et femmes, locaux et la consolidation de leurs églises.

DM | chemin des Cèdres 5
CH-1004 Lausanne
+41 21 643 73 73
CCP 10-700-2