Échanges entre futur.es et ancien.nes envoyé.es (3/5)

Nelson Baechler se prépare à partir pour faire son service civil au Rwanda auprès de l’Église presbytérienne au Rwanda (EPR). Lors de la Journée DM il a eu l’occasion de rencontrer et échanger avec Lucette Woungly-Massaga, pasteure et ancienne envoyée de DM au Rwanda. Voici l’aperçu de leur discussion rapporté par Nelson.

Lucette et Nelson lors de la Journée DM au Bouveret le 1er juillet 2023

Une vie de voyage

Lucette me partage sa longue expérience de l’étranger et de l’aide à son prochain avec une joie non dissimulée. Elle y a consacré sa vie, ou du moins une bonne partie, avec de nombreux voyages de longues durées à travers plusieurs pays d’Afrique. Elle a notamment vécu au Rwanda de 1970 à 1974 et dans les années 2000.

Lucette au Rwanda en 2005

La vocation de parcourir le monde et d’être utile

La motivation de partir et d’aider, Lucette l’a depuis toujours. Petite, elle a écouté les récits d’un missionnaire qui déjà la font rêver de voyage. À l’école, certain.es l’appellent la « négrillon blanc » avec ses cheveux frisés qui détonnent. Loin de l’impressionner, cela ne fait que renforcer sa détermination à embrasser la trajectoire peu commune d’envoyée de l’Église, et aujourd’hui, c’est bien sa grandeur d’âme qui saute aux yeux lorsque l’on rencontre Lucette. Si elle parcourt le monde, c’est pour aider là où ça compte le plus. Elle veut « être utile, pas prendre une place que quelqu’un d’autre pourrait occuper ». À son arrivée au Rwanda, on lui explique qu’être infirmière c’est bien, mais qu’il y a des gens formés pour ça ; en revanche, le pays manque cruellement d’enseignant.es, alors Lucette se lance pleinement dans cette voie. Cela tombe bien pour moi puisque mon engagement auprès de l’EPR touchera justement l’éducation et que je peux profiter de sa précieuse expérience.

Deux voyages, deux sociétés

Le premier et le second séjours de Lucette sont séparés par trente années, un génocide et de profonds changements dans la société rwandaise. Lorsqu’elle retrouve ce pays en 2004, elle est d’abord marquée par l’ordre, le bon état des routes et la propreté. Ensuite, elle remarque une mutation plus profonde : il existe désormais une véritable volonté et un solide effort pour bâtir un avenir commun et prospère. Pour preuve, l’école où Lucette avait enseigné dans les années 1970 aux côtés d’une immense majorité de collègues étranger.ères n’en compte plus que deux ou trois, l’effectif étant composé essentiellement de Rwandais.es. Les mentalités ont considérablement évolué depuis le choc du génocide et cela se traduit positivement sur les plans économique, environnemental et social. En conséquence, le degré de sécurité au Rwanda se révèle particulièrement élevé, ce qui me réjouit naturellement avant mon départ.

« On reçoit dans la mesure de ce que l’on donne »

Lorsque je demande finalement à Lucette comment elle a été perçue au Rwanda en tant qu’étrangère et envoyée de DM, elle me rassure en m’indiquant que la population s’est généralement montrée contente et reconnaissante de sa présence. Elle précise qu’il faut évidemment faire valoir ses compétences sans s’imposer, avant d’ajouter : « on reçoit dans la mesure de ce que l’on donne ». À l’image de cette dernière phrase et de la personnalité de Lucette, cet échange aura définitivement été très inspirant avant mon départ. Merci Lucette !

+

Nelson Baechler

Assistant à l’enseignement

Rwanda

Nelson_bauer-site_web

A partir de novembre 2023, et pour une durée de dix mois, Nelson Baechler va appuyer la coordination générale de l’éducation auprès de l’Eglise presbytérienne au Rwanda (EPR). Il va apporter son appui aussi bien sous l’angle administratif que sous celui de gestion de projet, il va également participer au développement des formations des enseignant.es, des activités pédagogiques, etc.

DM | chemin des Cèdres 5
CH-1004 Lausanne
+41 21 643 73 73
IBAN CH08 0900 0000 1000 0700 2