FR | DE
 
spenden
activ werden
Sie sind hier > Paix et prévention des conflits

Paix et prévention des conflits

«Il ne suffit pas de parler de paix. Il faut croire en elle. Et il ne suffit pas d'y croire. Il faut la construire».

1. Introduction

« Il ne suffit pas de parler de paix. Il faut croire en elle. Et il ne suffit pas d'y croire. Il faut la construire ». (Eleanor Roosevelt)

Avec cette citation, voilà posé tout un programme de paix ! Inutile d'utiliser ce mot comme un concept isolé et lui donner un sens idéologique qui plane au-dessus de tout. C'est en réfléchissant à tous les préalables que l'on découvre à quel point il est difficile – mais d'autant plus nécessaire – de prendre, chaque jour, conscience de notre responsabilité individuelle et collective dans la construction de la paix.

1.1 Préalables - conditions

Une attention particulière doit être donnée à ces préalables:

dialogue – respect – écoute et parole – liberté – droit international – droit des peuples – accès aux biens – justice – minimum vital – éducation et savoir – plan de paix – climat de confiance – reconnaissance des différences – santé – exercice et partage du pouvoir.

Attendre qu'ils soient réalisés pour devenir artisan de paix pourrait bien être le reflet d'une profonde indifférence face à ce que vit une grande partie de l'humanité.

1.2 La paix, l'affaire de tous et toutes

Pour être durable, la paix doit être construite sur des institutions politiques, socioculturelles et économiques solides. Il ne suffit pas de combattre ponctuellement les symptômes d'une crise pour assurer une paix à long terme. Dans les années 60 et 70, des Eglises du Sud, responsables de leurs institutions éducatives, hospitalières, sociales ont apporté une solide contribution à la mise en place des indépendances des Etats africains. Aujourd'hui, elles se trouvent confrontées aux mêmes problèmes que leurs gouvernements.

La prévention des crises et la résolution constructive des conflits ont acquis dans les années nonante une place centrale dans la coopération internationale. Il y a prise de conscience du lien étroit entre paix et développement. Pour des millions de personnes de par le monde, la pauvreté, la déliquescence de l'Etat et la violence sont autant de fléaux qui entravent leur lutte pour la survie. Il est souvent impossible de dissocier clairement ces trois phénomènes de leurs conséquences sur la vie quotidienne de la population affectée, composée en majorité de femmes et d'enfants.

En Suisse, comme dans de nombreux pays, la guerre en Irak a suscité dans une large partie de la population, jeunesse en tête, un intérêt plus soutenu pour le thème de la paix. Cette guerre a remis en question le fonctionnement des mécanismes de régulation du droit international public. Voilà qu'au nom de la paix, ONG, Eglises, Etats se mobilisent.

La chance de la paix s'enracine dans le droit :
En décembre 2003, les Chambres fédérales ont approuvé une loi fédérale sur "les mesures de promotion civile de la paix et de promotion des droits de l'Homme". Un crédit de 220 millions pour les années 2004-2007 permettra au DFAE de mieux planifier ses activités futures dans la promotion civile de la paix. La promotion de la paix a fait l'objet d'une attention plus soutenue de la part des organisations non gouvernementales de la coopération au développement.

L'interaction entre violence et pauvreté constitue la toile de fond de l'engagement du secrétaire de l'ONU, Kofi Annan, en faveur d'une culture de la prévention au sein des Nations-Unies et dans les Etats membres. La prévention et la résolution des crises constituent par ailleurs l'un des 5 thèmes prioritaires de la stratégie 2010 de la DDC.

2. Cadre théologique

De nombreux textes parlent de paix: la paix de et avec Dieu et la paix avec et entre les êtres humains, la paix intérieure et la paix extérieure. Théologiquement, la paix est un don de Dieu, signe de sa bénédiction (Ps.29.11), liée à la grâce par laquelle Il établit ou rétablit son alliance (Es.54.10), synonyme de réconciliation (Ez.37.26), synonyme aussi de repos, de non-guerre. Les humains ont à la rechercher, à la demander, à la faire (Mat.5.9). La venue du Messie – Prince de paix – (Es. 9.5 / Luc 2.29) ouvre une ère de paix pour la création tout entière.

L'annonce et la proclamation de la paix s'accompagnent de l'énoncé de ses conditions, la première étant l'accomplissement de la justice de Dieu (Ps.72.3-7 / 85.9-11) "Pas de paix sans justice" !

Les paroles du Christ qui déclare qu'il n'est pas venu apporter la paix mais la division n'ont pas fini de nous interpeller (Mat.10.34). C'est Sa paix qu'il donne, elle se reçoit, dans la foi, par le Saint-Esprit (Jn 20.19-22) elle n'est pas le résultat d'efforts personnels, elle est grâce offerte. Cette paix constitue le message que les apôtres proclament non pas comme un idéal mais comme une réalité donnée, accomplie en lui et par lui. Christ est la paix, notre paix (Eph.2.14-17). Cette paix de Dieu qui se reçoit dans la foi en Jésus-Christ est une paix que nous avons à vivre. Comme l'amour, la paix est fruit de l'Esprit (Gal.5.22). Vivre en paix, être en paix, rechercher la paix avec tous. "Le fruit de la justice se sème dans la paix, pour ceux qui font la paix" (Jq.3.14-18).

La plupart des Epîtres ouvrent avec la salutation "la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et de Notre Seigneur Jésus-Christ. En J.C. la paix est accordée par Dieu à tous les hommes qui sont appelés à en vivre.

Christ est venu pour réconcilier toutes choses et manifester sa victoire sur le péché et la mort. Pourtant, notre monde vit en permanence ce temps entre Vendredi Saint et Pâques. Les guerres demeurent d'actualité et il appartient à l'Eglise d'annoncer l'évangile de la paix par le Christ, Seigneur de tous (Act.10.36). Elle a à être cohérente, en paroles et en actes. Aucune guerre ne doit pouvoir briser le lien de la foi. Seule la justice enfantera la paix (Es.32.17)

3. Buts et objectifs sectoriels de DM-échange et mission

Dans le partenariat que DM-échange et mission désire construire et entretenir, la motivation prépondérante est certainement celle d'être en relation réelle avec des hommes et des femmes, des sœurs et frères d'autres cultures. Cela exige une attitude responsable, ouverte, et attentive. Il répond à des attentes, peut-être pas toujours clairement identifiées au Nord comme au Sud, mais qui ont pour but de consolider les préalables indispensables, voire les composantes de la paix.

DM-échange et mission a pour but de participer, dans la mesure de ses moyens, à des projets visant à un développement holistique. Il collabore avec des Eglises et organisations dont l'action profite directement à la population locale. Il n'exclut cependant pas de ses partenariats ceux qui peinent à prioriser leurs objectifs. Par le dialogue instauré, il interpelle et accompagne la réflexion qui peut permettre un changement, dans le sens du droit pour toutes et tous, de la justice, ferment de paix.

4. Nature des activités à promouvoir

DM-échange et mission doit être attentif à ce que sa manière de fonctionner avec ses partenaires, en Suisse et à l'étranger, respecte les préalables énoncés plus haut. Dans ce sens, il collaborera, interpellera et se laissera interpeller.
Il veillera en particulier, dans son activité, à:

  • appuyer les démarches de réconciliation
  • soutenir les démarches participatives favorisant le dialogue, notamment à l'intérieur des communautés chrétiennes et avec les bénéficiaires de leurs institutions
  • aider à l'identification des problèmes qui freinent la promotion de la paix
  • privilégier les formations à la promotion de la paix, de la non-violence

5. Ressources à mobiliser

L'action de DM-échange et mission dans le cadre de la paix n'est pas isolée. Elle vient en appui à des partenaires du Sud et en association ou complément du soutien que peuvent aussi apporter d'autres organisations.

DM-échange et mission doit faire connaître les objectifs atteints et valoriser les acquis, tant auprès des Eglises que des bailleurs de fonds. Il veille ainsi à entretenir la crédibilité de son activité.

Il prendra en considération des mandats "paix" qui lui seraient adressés spécifiquement. Il doit augmenter sa capacité à identifier les mécanismes de résolution de conflits et pratiquer une culture de dialogue avec ses réseaux de partenaires. Il doit développer son travail en réseau ou en constituant des alliances.

6. Les engagements actuels de DM-échange et mission

DM-échange et mission se tient informé de la situation politique, économique et sociale des pays ou régions dans lesquelles il collabore. Il en débat avec l'Eglise ou l'organisme sur place, le cas échéant, avec ses partenaires en Europe (Cevaa, Défap, DFAE, DDC, etc.)

Des engagements récents, on peut citer ceux en Angola, au Rwanda, au Cameroun, en Afrique du Sud, en Côte d'Ivoire, au Togo avec sa participation au réseau œcuménique des partenaires. 

Mehr Information
- Mexiko
- Togo
Empfehlen Sie diese Website einem Freund
Seite herunterladen (PDF)
Seite drucken
DM - échange et mission
chemin des Cèdres 5
CH - 1004 Lausanne
T +41 21 643 73 73
Sich informieren